Syrie: Moscou et Washington ont négocié un accord de cessez-le-feu

 14849047

Lundi, le 22 février, les Etats-Unis et la Russie ont annoncé la mis en œuvre d’un accord sur la trêve en Syrie qui prévoit un cessez-le-feu dans le pays. L’arrêt des hostilités s’applique à Moscou, Washington et toutes les parties prenantes au conflit.

Conformément à l’accord,le Kremlin et la Maison Blanche lançont une ligne directe afin de controler l’application de l’accord et résoudre des problèmes éventuels, précise un communiqué conjoint. A leur tour, la Ministère de la défense russe et le Pentagone se sont prêts à collaborer sur l’échange des informations visant à identifier les territoires controlés par les groupes terroristes au moment donné.

En ce qui concerne l’opposition syrienne et le gouvernement de Bachar al-Assad, ils sont obligés d’informer les Etats-Unis et la Russie de leur accord sur les termes de la trêve jusqu’au midi de ce vendredi, sinon les parties risquent de devenir une cible de l’offensive renouvellée. Pourtant, l’accord ne prévoit pas la cessation des opérations militaires contre l’Etat Islamique, le Front al-Nosra et les autres groupes terroristes considérés comme tels par l’ONU.

A la suite de la réunion d’urgence à Riyad qui s’est tenu le 22 février, le Haut Comité des négociations de l’opposition syrienne a annoncé son accord sur les termes de l’arrêt des hostilités. SANA, l’agence d’information syrienne officielle, a transmis ces déclarations à Moscou et Washington, mais aucune réaction officielle n’a pas été encore publiée.

Selon le porte –parole de la Maison Blanche Josh Earnest, le président américain Barack Obama a discuté l’accord conclu avec son homologue russe Vladimir Poutine lors d’un contact téléphonique initié par monsieur Poutine.

M. Earnest a parlé de l’accord en question d’une manière plutôt positive en soulignant que cela ouvre de nouvelles opportunités. Selon lui, le succès dépend du quel point toutes les parties sont prêts de respecter leurs obligations.

Vladimir Poutine a tout de suite qualifié cet accord d’un moment décisif de l’histoire du conflit syrien de cinque ans. Lors de son allocution de triumphe transmise à la télé russe, le chef d’Etat a souligné que l’accord mettrerait fin aux violences ainsi que contribue à l’initiation de la réconciliation nationale en Syrie.

“Je suis sur que les actions conjointes accordés avec la partie américaine visant à procurer la cessation des hostilités influenceront considérablement la crise syrienne”, — a-t-il ajouté.

Depuis le mois de septembre, le moment où Moscou a entrepris les bombardements en Syrie pour soutenir le gouvernement de Bachar al-Assad, les Etats-Unis et la Russie négociaient la prevention des conflits entre les militaires de deux pays. Néanmoins, jusqu’à ce jour Washington a réfusé de collaborer evec Moscou pour transmettre des données concernant la Syrie en déclarant que les bombardements russes visent plutôt les rebelles modérés et pas les groupes terroristes.

Il est à noter que le leader russe et le président syrien qualifient tous les groupes rebelles en Syrie de terroristes. Vladimir Poutine a ajouté que l’accord conclu était un effort commun de la lutte contre le terrorisme. Cet arrangement “pourrait servir d’un exemple des solutions rationales aux termes de la droit internationale prises par la communauté mondiale face à la menace terroriste,” – a-t-il dit “Je voudrais croire que les autorités syriennes, eux aussi, et tous nos partenaires dans la région et déhors soutiendront l’itinéraire choisie par les représentants russes et américains”

En fait, les Etats-Unis et la Russie se sont mis d’accord sur le cessez-le-feu le 12 février au cours d’une rencontre à Munich qui a accueilli de plus les représentants de 15 parties prenantes au conflit syrien. Depuis ce temps-là, étant donné que la Russie n’arrêta pas les attaques aériennes dans le pays, le secrétaire d’Etat John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov s’entretenaient vivement par téléphone. Les délégations gouvernementales concernées, notamment les hauts fonctionnaires des Ministaires de la défense, ont eu une rencontre à Genève pour négocier les détails.

L’accord en question appelle les parties à “s’abstenir de conquérir ou d’aller conquérir des territoires à d’autres parties participantes à la trêve.”

Bien que l’EI bouge de l’Est à l’Ouest de Syrie où tempête la guerre civile, la plupart de ses forces agissent à part,donc la trêve n’influencerait guère les opérations américaines contre ce groupe terroriste.

Quant aux bombardements russes, ils vont continuer dans le sud de la Syrie où le Front al-Nosra et les groupes d’opposition soutenus par lezs EU et leurs alliés mènent des opérations separées contre l’armée nationale.

Cêrtes, il y aura des problèmes dans le nord-ouest du pays où en ce moment, les combats sont les plus vifs et où les terrorises du Front al-Nusra se sont mélangés avec les militants soutenus par les forces américaines et leurs partisants européens et régionaux.

Afin de résoudre ce problème de mélange Washington et Moscou décident à échanger de “données sur les territoires contrôlés par les groupes qui ont déclaré leur adhésion à l’accord et aux termes du cessez-le-feu pour garantir la coordination efficace.”

“Nous entendons que nous allons faire face aux défits considérables, a indiqué Kerry, nous allons travailler pour s’assurer que les parties concernées clées” appliqueront toutes les conditions de l’accord.

L’accord aussi appelle toutes les parties à procurer un accès accru, immédiat et sans cesse d’une aide humanitaire via les territoires contrôlés. La livraison d’aide humanitaire est organisée par la Fédération de la Russie, le gouvernement syrien et les commités internationales dans toutes les régions de l’accord sur la trêve.

Dans le cadre de la réconcialition, les réfugiés auront une assistance la plus possible pour revenir en Syrie.

Les forces d’opposition doivent “arrêter les opérations militaires de toute sorte, y compris les attaques par des missiles, des lances-mines ou des missiles antichar contre les armées de la République Syrienne et ses alliés.”

Le gouvernement syrien et “tous ses alliés” doivent “ arrêter les opérations militaires de toute sorte, y compris les bombordements faits par les forces d’air syriennes et de l’armée russe contre les groupes armés de l’opposition prenante à cet accord”

Au lieu de réagir d’une manière offensive aux violations de l’accord toutes les parties doivent envoyer leurs plaintes au centre de coordination qui fonctionne sur la base militaire russe de Hmeymim. Il est à souligner que la partie russe assistera vivement à l’organisation des contacts avec les autorités syriennes. Le texte dit que “le respect du cessez-le-feu aura une large couverture dans les médias et sera contrôlé d’une manière objective et transparente.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s