Le gouvernement se sert de l’état d’urgence pour empêcher la contestation de la loi Travail

201601310938-full

Un nouveau coup est asséné par le gouvernement aux libertés : s’appuyant sur la loi d’état d’urgence, les préfectures de Nantes et de Paris ont interdit à des personnes de manifester contre la loi Travail. Une audience en référé se déroule mardi matin 17 mai contre cette violation de la liberté d’aller et de venir.

L’état d’urgence est censé concerner la lutte contre le terrorisme, pas celle contre les mouvements sociaux. Mais de nouveau, le gouvernement se sert de la loi adoptée dans la panique qui a suivi les attentats de novembre dernier à Paris pour réprimer la contestation de sa politique : fin 2015, la police avait déjà empêché des militants écologistes de participer aux mouvements pour le climat lors de la COP21.

Voilà qu’à nouveau, l’administration empêche des militants de participer aux manifestations du 17 mai contre la loi Travail : à Nantes et à Paris, la préfecture a déposé chez une trentaine de personnes des « interdictions de séjour » dans les quartiers où doivent avoir lieu les manifestations. Les arrêtés de la préfecture sont pris en s’appuyant sur l’article 5.3 de la loi d’urgence, qui permet à l’administration d’agir sans le contrôle du juge. Les personnes empêchées de manifester n’ont pas commis de délit, elles sont simplement suspectées d’agir violemment.

Dans un de ces arrêtés, par exemple (ici publié par Buzzfeed), la personne incriminée est interdite parce qu’elle a été vue dans des manifestations où ont été commis des actes violents. A ce compte, tout le monde pourrait être interdit de manifestation !

Plusieurs des personnes visées sont proches des groupes Action antifasciste Paris banlieue et du Mouvement interluttes indépendant.

Un journaliste photographe est aussi visé, Nno Man, alias Manonne Cadoret, qui fait un travail continu de suivi journalistique des mouvements sociaux et, depuis février, des manifestations contre la loi Travail. Dans la soirée de lundi, l’interdiction de séjour de Nno Man aurait été levée, mais l’acte officiel ne lui a pas été signifié, indique Arrêt sur images.
A Nantes, interdiction… jusqu’à la fin de l’état d’urgence !

A Nantes, c’est l’auteur d’un livre remarquable sur les violences policières, L’Arme à l’oeil, Pierre Douillard Lefevre, qui s’est vu signifier lundi matin 15 mai une notification administrative d’interdiction de séjour. « Les policiers sont venus à mon domicile, indique-t-il à Reporterre. Le texte faisait trois pages. J’ai demandé à les lire avant de le signer. Ils se sont énervés et sont repartis sans me laisser le texte. Si bien que je ne sais pas où et jusqu’à quand je suis censé ne pas aller ! »

Sept autres personnes se sont vus à Nantes signifier la même interdiction. La situation est encore pire qu’à Paris, puisque l’interdiction est applicable jusqu’à… la fin de l’état d’urgence, indique Le Télégramme.

A Paris, une dizaine de personnes interdites, défendues par des avocats proches du Groupe de défense collective (Defcol), ont déposé un « référé-liberté », qui est jugé par le tribunal administratif ce matin 17 mai.

Dans leur requête, que Reporterre a pu consulter, les avocats soulignent que, dans son arrêté d’interdiction, le préfet « n’indique même pas » que les personnes interdites auraient « participé à ces débordements » violents et auraient « eu un comportement susceptible de troubler l’ordre public ».

Pour les avocats, « l’interdiction de séjour porte une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales »

Source : Hervé Kempf pour Reporterre http://reporterre.net/Le-gouvernement-se-sert-de-l-etat-d-urgence-pour-empecher-la-contestation-de-la

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s