Le référendum kurde bouleverse les alliances au Moyen-Orient. La Turquie n’imposera pas de sanctions économiques

irak-kurdisatan-carte-presstv

Par Elijah J. Magnier

Version originale en arabe : Alraimedia.

Des sources haut placées au Kurdistan (Erbil) ont dit que le dirigeant kurde Massoud Barzani « s’attendait aux sanctions déjà annoncées par Bagdad et est convaincu que bien d’autres vont suivre ». Malgré tout, « le référendum était une étape essentielle à franchir », sans quoi Barzani n’aurait plus été considéré comme le dirigeant kurde.

« Les sanctions turques ne nous font pas peur, parce qu’Ankara aurait plus à perdre qu’à gagner si la frontière commune était fermée. Le représentant turc nous a promis (des mois avant le référendum) que des mesures politiques très dures seront adoptées contre le Kurdistan, mais qu’aucune sanction économique ne serait sérieusement envisagée. Après tout, c’est la Turquie qui doit cesser d’envoyer ses camions-citernes pour récupérer notre production pétrolière à bas prix, si (le président turc RecepTayyib) Erdogan juge que c’est une mesure pratique pour sa propre économie », a fait valoir la source.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s